Fondements pédagogiques de nos formations :

Nos formations sont conçues à partir de modèles pédagogiques qui trouvent leur origine en psychologie puis en sciences de l’éducation pour adultes. Les modèles d’apprentissage proposés sont étayés scientifiquement et nos tuteurs référents s’inspirent de ces références pédagogiques pour faciliter l’accès au plus grand nombre, permettre d’aller rapidement aux informations essentielles, mieux connaître la réglementation applicable, mettre en application des méthodes qui font progresser les pratiques professionnelles sans jamais omettre de prendre en considération les savoirs d’expérience des apprenants. L’objectif final principal est de travailler à l’inutilité du tuteur référent et de permettre aux apprenants de gagner en autonomie dans leur métier.

Jusqu’à ce jour, il a existé, et coexistent encore, 4 modèles éducatifs principaux.

Le Modèle transmissif

Historiquement, c’est le modèle transmissif qui vient en premier. Celui-ci est fondé sur la transmission d’un savoir par le « maître » à « l’élève ». Le premier récite son savoir, et le second doit le répéter à l’identique. C’est l’époque des apprentissages « par cœur ».

Le rôle du « maître » est de clarifier et de rendre accessible les informations pour permettre à « l’élève » de mémoriser ses propres repères et faire évoluer ses propres connaissances. Le savoir est présenté sous forme de cours magistral.

Le modèle béhavoriste

C’est à Skinner que l’on doit l’approche behavioriste dont il est le père, l’apprentissage se fait par paliers successifs, le passage d’un niveau à un autre se faisant par renforcement positif des réponses justes et des comportements que le maître souhaite valoriser. « Le maître » doit alors présenter les savoirs selon un programme à suivre, selon une ligne directrice définit par lui. Ce processus d’apprentissage est plutôt adapté au développement de comportements automatisés.

Le modèle constructiviste

Le modèle pédagogique suivant doit beaucoup à Piaget et repose sur la construction des connaissances par « l’élève » apprenant lui-même qui confronte les nouvelles informations apportées par « le maître », avec celles qu’il détient déjà. Il n’est plus inactif dans son propre apprentissage mais est décisionnaire dans sa démarche de construction du savoir. Le maître a, quant à lui pour tâche d’offrir un environnement d’apprentissage riche et stimulant. « Le maître » référent devient alors un guide, il accompagne « l’élève » en se mettant en retrait pour valoriser et favoriser le rapport de « l’élève » au savoir.

Le modèle socio-constructiviste

Les savoirs individuels se partagent et se transmettent au cours de relations humaines privilégiées. C’est alors le rôle du « maître » que de réunir les conditions d’un apprentissage réussi. Son rôle sera alors de s’assurer que les acquis fondamentaux sont présents et permettront à « l’élève » de discuter avec ses pairs en vue de construire collectivement de nouvelles connaissances, de les confronter et de les partager.

Le e-learning en pédagogie

Pour rappel, le e-learning date du milieu des années 90 à l’époque, il a été considéré à tort que la formation professionnelle continue à distance représenterait sans doute un eldorado financier pour les organismes de formation et paraissait être un substitut radical à la formation présentielle.
Depuis, chacun a bien compris que cette approche est simpliste et sans fondements car l’outil n’est rien sans maîtrise. Autrement dit cela relèverait du fantasme que d’imaginer que des logiciels puissent un jour remplacer le savoir-faire du pédagogue.
Depuis, les concepteurs de plate-forme de formation ont repositionné la machine informatique à sa place et ont développé des outils pédagogiques qui donnent du sens à l’acte de former. C’est pourquoi, désormais, nous retrouvons tous ces courants pédagogiques et même d’avantage.
L’usage d’outils informatiques connectés fixe désormais les enjeux de la formation professionnelle continue à un autre niveau : il s’agit de passer de la transmission du savoir à l’acquisition de compétences, de l’enseignement quantitatif à un enseignement qualitatif, de la transmission des connaissances de masse à la personnalisation des apprentissages.
Avec le e-learning, nous ne répondons alors plus uniquement à un besoin de formation avec une seule modalité mais en combinant plusieurs modalités d’apprentissage.